Qu’est-ce que la pierre papier en investissement ?

Quand il est question d’investir dans l’immobilier, il n’est pas forcément indispensable de se porter acquéreur de biens physiques. Il est aussi possible de miser sur la pierre papier qui est financièrement plus accessible et surtout, qui est porteuse de beaucoup d’avantages pour les investisseurs. Quelles sont les particularités de ce type de placement ? Combien existe-t-il de formes de pierre papier ? Quels sont les atouts de ce genre d’investissement ? Réponses.

Pierre papier : principe, avantages

Pour comprendre la définition de la pierre papier, il faut revenir plusieurs années en arrière. À une certaine époque, cette notion servait à désigner les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI). L’objectif était de faire comprendre que ces SCPI combinaient le placement immobilier avec un mode de gestion collectif. Cela permettait également de donner plus de reconnaissances aux SCPI, mais aussi de prouver qu’il existe ce qu’on appelle « l’immobilier financier ». Sauf qu’au fil du temps, la définition de la pierre papier s’est élargie. Aujourd’hui, elle sert à désigner toutes formes d’investissement financier utilisant comme support l’immobilier. Cette pratique permet de placer ces pécules dans l’acquisition de part (papier) dans l’immobilier (pierre) de façon indirecte.

Elle est très appréciée des investisseurs, car elle apporte d’innombrables avantages. Déjà, le capital de départ pour l’investissement ne doit pas obligatoirement être colossal. S’il faut un capital financier conséquent pour acheter une maison, la pierre papier ne nécessite que quelques milliers voire centaines d’euros. Elle permet ainsi au plus grand nombre de se lancer, y compris les investisseurs ayant un faible budget. Et pour ceux qui n’ont vraiment pas de ressources financières, il est même envisageable de souscrire à un emprunt bancaire pour disposer des fonds suffisants. Par ailleurs, la pierre papier offre aussi un rendement plus qu’attractif qui tourne aux environs de 4,8 % par an. Les bénéfices sont disponibles tous les mois ce qui leur permet de devenir de véritables compléments de revenus pour les épargnants. Grâce à ces plus-values, elle s’inscrit comme l’un des investissements les plus rémunérateurs sur le marché financier au vu des performances offertes par les autres produits d’épargne pour ne citer que le Livret A. Un autre avantage de la pierre papier est qu’il n’y a quasiment rien à faire. En achetant un bien immobilier en direct, l’investisseur doit gérer différentes tâches : choix du bien à acheter, démarches administratives, recherche de locataire, perception des loyers, travaux de rénovation, etc. Or, s’il opte pour cet investissement indirect, tout est pris en charge par la société de location. Il ne s’occupe que du suivi, de la perception et de la déclaration des revenus.

Les différentes formes de pierre papier

La pierre papier se décline en différents types. La forme la plus connue est certainement la Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) qui est une entreprise non cotée spécialisée dans l’achat puis la mise en location d’actifs professionnels comme les commerces, les bureaux, les écoles ou encore les cliniques. La gestion des biens immobiliers est prise en charge par une société spécialement dédiée à cette tâche. Les associés de la SCPI ne se chargent alors de rien.

L’Organisme de Placement Collectif en Immobilier (OCPI) constitue une autre forme de SCPI bien connue. Tout comme la SCPI, le but de ce type d’entreprise est d’acheter ou de faire construire des biens immobiliers qui seront exclusivement dédiés à la location. Cette formule plaît pour ses nombreux avantages : actifs diversifiés, pas de contrainte de gestion, revenus réguliers, capital d’investissement modeste, etc. Il existe principalement deux formes juridiques d’OCPI à savoir le Fonds de Placement Immobilier (FPI) et les Sociétés de Placement à prépondérance immobilière à capital variable (SPPICAV).

L’investisseur intéressé par la pierre papier peut également s’engager dans une Société Civile Immobilière (SCI) qui évite les problématiques liées à l’indivision et donne la possibilité de gérer un ou plusieurs immeubles avec deux associés ou plus qui perçoivent chacun des revenus à hauteur de l’apport fourni.