Crédit auto sans apport : explication, simulation et comparateur

Quand on parle « d’apport personnel », on a systématiquement tendance à s’en référer au crédit immobilier. Or, cette contribution financière peut également être demandée dans le cadre d’un prêt auto et va servir de garantie pour le banquier quant à la capacité d’épargne du demandeur. Toutefois, cet apport n’est certainement pas obligatoire. Beaucoup de banques se montrent flexibles sur ce sujet à l’égard des emprunteurs affichant les meilleurs profils.

Apport personnel : définition

Un crédit auto est essentiellement composé de deux parties : le prix d’achat du véhicule et les différents frais inhérents à l’emprunt. Une banque finance rarement un prêt au-delà du prix d’achat du bien. Cela signifie qu’elle ne paie pas les frais de dossier, les frais de caution et autres. Ces derniers sont à la charge de l’emprunteur, d’où la mise en place de l’apport personnel. Ne surtout pas croire que cette contribution financière est l’apanage des crédits immobiliers. Certains prêts auto peuvent aussi l’exiger surtout si les montants en jeu sont particulièrement élevés. L’apport personnel va ainsi se définir comme étant le montant que le candidat au crédit est en mesure d’injecter dans le projet. Il représente généralement entre 10 à 30% de l’investissement total. Toutefois, en fonction des banques et des risques liés au profil, il est possible que la somme demandée soit plus élevée. Point important à savoir : sous l’angle règlementaire, l’apport personnel n’est pas obligatoire. Cependant, certaines banques peuvent refuser d’accorder le crédit sans cette contribution. Par ailleurs, l’apport n’est pas seulement valable pour les prêts classiques. Il s’applique aussi sur d’autres formes de financement comme le leasing auto où un premier loyer d’un montant assez significatif sera demandé au locataire avant la validation du contrat.

Pourquoi fournir un apport personnel est-il important pour un crédit auto ?

Les banques ont toujours fonctionné sur le principe du partage de risques. En accordant un crédit auto, elles veulent que l’emprunteur s’implique davantage dans le projet en lui réclamant une partie de l’investissement prenant la forme de l’apport personnel. Cet argent va rassurer le créancier sur la capacité d’épargne du candidat et donc, sur son sérieux dans le remboursement de l’emprunt. Une personne qui n’a fait que dilapider son argent et qui ne dispose d’aucune épargne tout en ayant pourtant un salaire confortable a difficilement les faveurs des banques. Tant que l’emprunteur fait preuve de solvabilité, il a toutes les chances d’accéder à sa demande. Sous un autre angle, l’apport personnel contribue à la baisse de risques pris par la banque, car si le montant de la contribution est élevé, l’effort de prêt est réduit. Au cours de la vie du crédit, le consommateur bénéficie de plus de latitudes sur son budget qui ne sera pas entièrement alloué au remboursement. Il doit aussi savoir qu’en procurant un apport élevé, il peut obtenir un taux d’intérêt plus faible ce qui va réduire le montant total de son prêt. Les banques peuvent également accepter d’améliorer les conditions de contrat en annulant par exemple les frais de dossier ou les pénalités de remboursement anticipé.

Comment constituer l’apport personnel ?

Il existe plusieurs moyens de se constituer un apport personnel. La première solution consiste à mobiliser l’épargne personnelle. Si elle s’avère insuffisante, il faudra envisager de faire quelques efforts pour augmenter vos rentrées d’argent. Pensez à travailler en freelance, à faire du consulting, à augmenter vos heures supplémentaires ou encore à réduire vos dépenses au quotidien notamment les dépenses superflues et les sorties.

Cet apport personnel peut également provenir de votre assurance-vie ou de vos différents contrats bancaires. Il est possible de le constituer par le biais de dons familiaux, de prêts familiaux ou de plus-value sur la revente d’un bien.

Comment obtenir un crédit auto sans apport ?

En matière de crédit auto, sachez que l’absence d’un apport personnel n’est pas une fatalité. Si la banque l’a exigé, mais que vous n’êtes pas en mesure de fournir le montant nécessaire, elle peut se montrer indulgente si vous répondez à un certain nombre de critères. À commencer par l’âge. Si vous êtes jeune et que vous venez tout récemment d’entrer dans la vie active, l’organisme financier comprendra que vous n’ayez pas eu suffisamment de temps pour vous constituer une épargne. A contrario, il va se poser des questions si vous êtes un haut cadre et qu’à 45 ans, vous n’avez réussi à économiser aucun montant.

La situation professionnelle représente un autre critère de flexibilité chez les banques. Justifier d’un contrat à durée indéterminé dans un secteur en plein essor et fournir des revenus stables sont pour elles des arguments très convaincants. De même, les fonctionnaires jouissent également de plus de faveurs compte tenu de leur statut.

Autre astuce : pourquoi ne pas faire appel à un co-emprunteur pour convaincre les banques de signer ? Partager les risques avec une autre personne réduit considérablement leurs craintes. Mais pour que cela soit valable, ce co-emprunteur devra justifier de revenus confortables.

Par ailleurs, faites aussi attention à gérer minutieusement vos comptes bancaires. Enchainer les incidents de paiement et les découverts bancaires ne sera pas à votre avantage.

Autant que possible, faites en sorte que votre reste à vivre soit le plus convenable. S’il ne vous reste quasiment plus rien après avoir payé vos charges et votre crédit à la fin du mois, soyez sûr que la banque se montrera frileuse à votre égard.

Comparer et simuler les offres de crédit auto sans apport

Faire une simulation est une étape essentielle dans la quête du meilleur crédit auto sans apport. Ce travail va permettre de dénicher un contrat assorti de conditions avantageuses notamment en termes de taux d’intérêt. Il va entre autres vous aider à connaître avec plus de précision le montant de vos mensualités. La démarche s’effectue en ligne et nécessite de compléter un formulaire très simple qui demande le type de voiture que vous cherchez (neuf ou occasion), son prix estimatif et la durée de remboursement souhaitée. À titre d’exemple, pour une voiture neuve de 10 000 euros à rembourser sur trois ans, vous obtenez des mensualités entre 290 et 301 euros. Grâce à cette simulation, vous avez d’ores et déjà des particularités financières de votre emprunt, d’où l’importance de ne jamais la négliger d’autant qu’elle est disponible gratuitement et sans engagement sur les sites spécialisés.